صدى الزواقين Echo de Zouakine
مرحبا بك عزيزي الزائر. المرجو منك أن تعرّف بنفسك و تدخل المنتدى معنا ...اذا لم تكن قد تسجلت بعد نتشرف بدعوتك للتسجيل في المنتدى.
صدى الزواقين Echo de Zouakine
هل تريد التفاعل مع هذه المساهمة؟ كل ما عليك هو إنشاء حساب جديد ببضع خطوات أو تسجيل الدخول للمتابعة.

نص "الحب الاول" مترجم إلى الفرنسية

اذهب الى الأسفل

12052008

مُساهمة 

نص "الحب الاول" مترجم إلى الفرنسية Empty نص "الحب الاول" مترجم إلى الفرنسية




Le premier amour
par
Abdallah Al-Bakkali
Traduit de l’Arabe
par
Saïd Jendoubi

J’ai écrit ce texte en réponse à une question qui m’avait été posée par Taïeb Jaouadi…
"Raconte-moi ton premier amour!"



Elle marchait sur un tapis de renoms, de gloire et de pouvoir. Lui, il fuyait la vilenie, vers là où se trouvaient les astres aux couleurs arc-en-ciel, théâtre d’un autre univers, dont les fondations étaient de lumière et de nuances.


Alors qu’elle foulait le sol, ses pas dessinaient des contours et des notes mélodiques, que ses sens à lui savaient capter.

Papillon printanier que le soleil matinal incita à rendre visite aux fleurs et à se purifier de nectar. Son sourire est une source de chaleur suffisante pour dissiper le froid qui suit l’interruption des rêves.

Lui, avec sa longue djellaba, sa tête nue et ses tongs en plastique blanc, paraissait tel une fusée conçue pour traverser le temps et les étoiles des années, éparpillés à travers le royaume céleste de la souffrance ; lequel royaume ne sachant où commença-t-il ni où s’achevera-t-il.

Il se positionnait sur les flancs excentrés de leurs trajectoires. Il pressait les sens et la mémoire pour qu’ils emplissent l’esprit de touches et d’images qu’ils auraient saisi. Comment allonge-t-elle les pas pendant qu’elle courait ? Comment exulte-t-elle quand elle riait ? Comment s’étonne-t-elle et que ces sourcils dessinaient la stupéfaction ? Comment punie-t-elle et feignant, par la suite, la coquetterie, en faisant parler, avant ses lèvres, les yeux ?

Ses mains à lui ne rencontrèrent guère les siennes. Sa paume n’osa porter un bouquet, pas même une petite fleure sauvage, tandis que qu’il fixait ses yeux et lui offrait, le premier, son cœur. Mais il lui ravit quelque chose d’important ; mieux encore, il la tira, elle, maintes fois quand il fermait les yeux, plongeant dans son enfance lointaine.

Pendant les nuits noirs et antiques, quand, gardiens et espions dormaient, son cœur battait plus vite que tous les autres. Avec chaque battement, son corps perdait de son poids et gagnait en légèreté. Avec l’absorption de l’écho par le silence, avec la mort des temps et la naissance d’autres ; il quittait son corps et planait, guidé vers elle par les brises nocturnes.

Il se regarde, dépourvu de corps et de couleurs. Il s’aime et s’étonne. Mais sa voix à elle, lui parvenant à travers les ondes spirituelles, le transportait vers elle. Il la ceint de tous les côtés, la protégeant des souffles des dormeurs, anéantis par la fatigue et par des histoires répugnantes.

L’envie de s’éloigner davantage avec elle, le prend. Il fait descendre un tapis, d’une lieue qui se tient quelque part dans un ciel que les yeux ne perçoivent. Ils gravissent les échelles de lumière, au bord desquelles se répandent des fleurs et des chants de rossignols paradisiaques.

Elle le regarde. Il fond en elle ; et puis ils s’envolent, loin. « Tu m’aimes ? » dit-elle.

Il est intimidé. Il sourit. De ses regards elle fond. Il court de toutes ses forces, la précédant afin de la protéger d’elle-même.

« Les mots sont plus étroits que le sens, répond-il, alors que l’aveu étouffe les sensations ».
Elle feigne la colère et lui tourne le dos. Le battement s’enflamme à un rythme qui ébranle les lieux. Prise par la peur, elle se retourne tout en ouvrant les bras. Il l'étreint. Il ouvre son être, dévoilant sa nature enfuie dans les profondeurs. Elle s’y introduit, alors il se met à rire la voyant deviner qu’elle se réfugie vers ce qui terrifie. Elle pose sa main sur son âme. Le silence se prolonge pendant qu’elle cherche, euphorique, la cellule de l’amour, à l’intérieur du cœur. Elle l’interroge : "comment germe l'amour
عبدالله البقالي
عبدالله البقالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 188
العمر : 63
تاريخ التسجيل : 01/08/2007

http://bakali.maktoobblog.com/

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

مُشاطرة هذه المقالة على: redditgoogle

نص "الحب الاول" مترجم إلى الفرنسية :: تعاليق

بنت جبالة

مُساهمة في الإثنين 12 مايو 2008 - 23:01 من طرف بنت جبالة

نص "الحب الاول" مترجم إلى الفرنسية 497232Animation1_bravo

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

عبدالله البقالي

مُساهمة في الخميس 15 مايو 2008 - 18:25 من طرف عبدالله البقالي

شكرا بنت البلاد

تحياتي لك و لكل بنات و اولاد اجبالة.

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

الرجوع الى أعلى الصفحة


 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى