صدى الزواقين Echo de Zouakine
مرحبا بك عزيزي الزائر. المرجو منك أن تعرّف بنفسك و تدخل المنتدى معنا ...اذا لم تكن قد تسجلت بعد نتشرف بدعوتك للتسجيل في المنتدى.
صدى الزواقين Echo de Zouakine
هل تريد التفاعل مع هذه المساهمة؟ كل ما عليك هو إنشاء حساب جديد ببضع خطوات أو تسجيل الدخول للمتابعة.

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré

صفحة 1 من اصل 3 1, 2, 3  الصفحة التالية

اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 9:44

Le Petit journal illustré صحيفة فرنسية تاسست في الستينيات من القرن 19..وبقدر اهتمامها بالشان الفرنسي اهتمت ايضا بما كان يجري في اوربا والعالم..وقد ارخت بعض اعداد الصحيفة لبعض الاحداث التي عاشها المغرب في اواخر القرن 19 ومطلع القرن 20 بالصورة والمقالة..اقترح هنا - على الاخ حنصالي خاصة - البحث عن هذه الاعداد التي تطرقت للاوضاع بالمغرب وعرضها في هذا الركن الخاص بها..وتجدر الاشارة ان Le Petit journal illustré صحيفة ذات نزعة امبريالية ولذلك وجب الانتباه الى خلفيات صورها وتعليقاتها..تحياتي.

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty EN ROUTE POUR LE MAROC !

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 10:22

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 343784pj90522031908
Les tirailleurs sénégalais
         se préparant à partir avec leurs femmes pour Casablanca
.
         

        Deux bataillons de tirailleurs sénégalais
         ont été désignés pour aller renforcer les
         troupes françaises au Maroc.
         Ce corps, créé par décret du 21 Juillet 1857, fut
         organisé en 1889 et en 1903. Son recrutement s' opère
         par voie d' engagements et de rengagements parmi les indigènes
         du Sénégal. Les actes d' engagement sont dressés
         en présence d' un capitaine et d' un interprète, qui explique
         à l' indigène les conditions de son engagement, et de
         deux militaires indigènes qui lui servent de témoins.
         Les musulmans prêtent serment de fidélité sur le
         Coran.
         On sait les grands services que les tirailleurs sénégalais
         ont rendus en Afrique occidentale, depuis Faidherbe jusqu' à
         ces derniers temps. Ils ont été du plus grand secours
         dans toutes les campagnes qui ont abouti à la pacification du
         Soudan et à la destruction des bandes commandées par Ahmadou
         et Samory, les grands faiseurs d' esclaves. Médiocres tireurs,
         ils rachètent ce défaut par leur sobriété,
         leur dévouement à leurs chefs blancs, leur résistance
         à la fatigue, enfin par un courage à la fois naïf
         et fataliste.
         Ces troupes qui, à l' origine, formaient dix compagnies réparties
         en deux bataillons, comprennent à l' heure actuelle quatre régiments
         et sept bataillons autonomes.
         Notons que ces excellents soldats sont toujours accompagnés de
         leurs femmes, même en campagne. Les femmes des Sénégalais
         suivent les colonnes et sont plutôt un avantage qu' un inconvénient,
         car elles portent les vivres de leurs hommes, leur batterie de cuisine,
         enfin toute la partie du fourniment qui n' est pas strictement utile
         à la bataille.


Le Petit Journal
       illustré du 22 Mars 1908



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:29 عدل 2 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty الدار البيضاء بعد القصف -1907

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 10:39

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 237742pj87525081907b

A CASABLANCA APRÈS LE BOMBARDEMENT


Les patrouilles parcourent
       la ville
       La France a tiré une vengeance éclatante des massacres de
       Casablanca. La ville et ses environs ont été bombardés
       et les tribus marocaines, qui avaient envahi la compagne, décimées
       par les obus de nos vaisseaux.
       Située sur la côte de l' Atlantique, à mi-chemin entre
       Tanger et Mogador et à 300 kilomètres environ de chacune
       de ces deux villes, Casablanca, en arabe Dar-el-Beïda, est aujourd'
       hui le port le plus important de la côte atlantique du Maroc.
       Elle s' appelait autrefois Anfa, et son origine se perd dans la nuit des
       temps. Conquise et rasée par les Portugais en 1468, elle fut rebâtie
       par eux en 1515 et baptisée de son nom actuel. Puis, abandonnée
       par les conquérants chrétiens, elle retomba aux mains des
       musulmans. En 1755, elle fut détruite par le tremblement de terre
       qui dévasta Lisbonne, et il ne resta qu' un misérable hameau
       dans un amas de ruines. Enfin, vers la fin du dix-huitième siècle,
       le sultan Sidi-Mohammed ayant concédé à une compagnie
       espagnole le droit d' exporter des céréales de Fedâla,
       Casablaca et Mazagan, elle se mit à revivre et à se repeupler,
       et, grâce à la richesse du pays des Châouïa dont
       elle est le centre commercial, elle n' a cessé, depuis, de se développer
       et de prospérer.
       Le port n' est qu' une rade foraine peu accessible que l' industrie européenne
       avait entrepris d' améliorer. Quant à la ville, elle est
       laide et sans caractère. Ses maisons, uniformément blanchies
       à la chaux, à toit plat et sans ornements extérieurs,
       sont en partie européanisées par le percement des fenêtres
       et d' autres additions qui donnent à Casablanca un aspect bâtard,
       ni maure ni européen. De vastes espaces sont occupés par
       les magasins servant d' entrepôts pour les grains, les peaux, la
       laine amenés de l' intérieur par les caravanes et destinés
       à l' exportation. Les rues sont mal entretenues, pleines de poussière
       en été et très boueuses pendant les pluies. Dans
       certains quartiers, où les habitants vivent dans des cabanes en
       roseaux, les ruelles, tortueuses, enchevêtrées, sont de véritables
       cloaques.
       On peut juger de l' effet du bombardement dans cette ville. Les cadavres
       de plus de 500 Marocains, atteints par les bombes françaises gisaient
       de toutes parts et répandaient une odeur épouvantable. Les
       soldats français durent les transporter hors des murs pour les
       enfouir dans la chaux. Tout Marocain pris les armes à la main était
       passé par les armes. Les habitants échappés au bombardement
       venaient en tremblant au-devant de nos soldats. Certains d' entre eux,
       croyant ainsi manifester leur sympathie aux usages européens, s'
       étaient coiffés de chapeaux de paille qu' ils tenaient d'
       une main tandis que, de l' autre, ils agitaient un linge blanc en signe
       de paix.
       La ville est presque entièrement détruite. Seul, le quartier
       des consulats et les maisons qui les avoisinent restent debout.
       La leçon sera-t-elle suffisante et donnera-t-elle au maghzen l'
       énergie nécessaire pour réfréner l' audace
       des tribus et imposer silence aux agitateurs musulmans qui prêchent
       la guerre sainte contre les Européens ?
     

Le Petit Journal illustré du 25 Août 1907


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:35 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty مبررات امبريالية:فرنسا ستحمل الى المغرب التمدن والثروة والسلام!!!

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 11:10

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 684121pj109619111911


L arrangement conclu avec l'Allemagne nous enlève une part importante de notre domaine congolais, mais il assure enfin la liberté de notre expansion au Maroc.
Or, le Maroc, de l'avis de tous les voyageurs européens qui l'ont visité, est, au point de vue économique, un pays de grand avenir. Son commerce général, en 1909, s'est élevé à 132.612.644 francs, dont 80 millions 049.890 à l'importation et 52.562.754 à l'exportation.
L'activité française va développer son commerce, apporter aux habitants les procédés modernes d'agriculture et d'industrie, mettre en valeur, les nombreuses mines de fer que contient le sous-sol marocain.
On peut donc espérer que ce pays dont les richesses ont été jusqu'ici à peine exploitées s'ouvrira enfin à la civilisation, développera dans la paix sous l'égide de la France et deviendra pour nous une seconde Algérie.

Le Petit Journal illustré du 19 novembre 1911

La France au Maroc
     Le Petit Journal, novembre 1911

Les symboles de Marianne


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 16:43 عدل 2 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty L'arrivée des ambassadeurs marocains à la Conférence

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 11:26

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 659040pj79221011906


Les débats de la Conférence marocaine s'ouvrent, cette semaine, à Algésiras. La petite cité andalouse à laquelle nous consacrons plus loin notre « Variété » a vu, depuis quelques jours affluer en ses murs toutes les illustrations de la diplomatie européenne.
Parmi tous ces délégués des puissances, il est une figure particulièrement intéressante, c'est celle de Sidi Mohamed Torres, l'envoyé du sultan du Maroc.
Sidi Mohamed Torres est le vrai type de l'ancienne et noble race des Maures d'Espagne. Son âge exact ? Il ne saurait sans doute pas le dire lui-même - il n'y a pas de registres de l'état civil pour les Marocains. On prétend cependant qu'il a de 70 à 75 ans.
Ayant déjà servi avec intelligence et fidélité le sultan Muley Hassan, il sert aujourd'hui avec non moins de fidélité et d'intelligence le sultan Muley Abd-ul-Aziz.
Depuis longtemps, il remplit à Tanger une fonction des plus délicates. Il y représente le sultan auprès des ambassadeurs étrangers - des Bachadours.
On ne saurait croire combien ce grand diplomate musulman, si fin, si astucieux, si rusé, a déployé de patience et de prudence, de persévérance et de perspicacité, de calme et de politesse, de philosophie et d'endurance pour traiter avec les diplomates de tous les pays, de toutes les races et de tous les tempéraments, sans risquer jamais une rupture complète avec un pays quelconque.
Le rôle qu'il aura à jouer à Algésiras est à la fois des plus importants et des plus difficiles. Il lui faudra déployer une activité extrême et en même temps savoir être le plus réservé des hommes. Il devra, tout entendre, étudier les propositions diverses, les doléances nombreuses de ses collègues européens, écouter ceux qui demandent beaucoup, ceux qui se déclarent satisfaits d'un petit résultat et ceux aussi qui ne sauraient prétendre à rien.
Sidi Mohamed Torres sera tenu d'être le plus fin des parlementaires, sans rien discuter à fond et avec tous les délégués, de faire entrevoir des solutions possibles, sans s'engager beaucoup sur ce terrain dangereux, car il lui sera impossible de prendre une détermination. Le sultan ne lui en donne pas la latitude. Sa mission est sans mandat précis et, même lorsqu'il exécutera les ordres de son maître, sa responsabilité sera énorme, car le sultan est fort réputé pour ses opinions successives.
Les instructions du maghzen, suivant une tradition déjà lointaine, manqueront de précision et, quant au Sultan, il se gardera de dire ni oui ni non, laissant son premier délégué en proie à des perplexités sans nombre en face des délégués européens. Sidi Mohamed Torres hésitera longtemps avant de se décider, dans la crainte de trop céder et de mécontenter son souverain. Certes, la mission de Sidi Mohamed Torres est peu enviable, qu'il s'agisse de sa responsabilité vis-à-vis du Sultan, ou de sa dignité vis-à-vis des Marocains qui considèrent que c'est un malheur pour un des leurs de mettre pied sur une terre chrétienne... comme Algésiras.

Le Petit Journal illustré du 21 Janvier 1906


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 1:12 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty La guerre civile au Maroc

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 17:31

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 977011pj63518011903

Les événements qui se déroulent
       en ce moment au Maroc ne doivent pas laisser les Français indifférents.
       Sans être aussi inquiétante qu' il y a quelques jours, la
       situation dans l' Afrique du Nord ne cesse d' être encore fort troublée.
       Les troupes du jeune sultan Abd-el-Aziz (il n'a que vingt-deux ans) ont
       été mises en déroute par les partisans du prophète
       Bou-Hamara. Les villes de toute la région septentrionale de l'
       empire ont été razziée, les villages pillés
       et incendiés depuis le Riff jusqu'a Taza; un grand nombre d' hommes
       ont péri. Dans ces sanglants événements il faut voir
       encore une fois la main de l' Angleterre qui, par l' exagération
       de ses appétits elle manque de tact de ses agents et de ses commerçants,
       a exaspéré le peuple marocain. Le sentiment national est
       révolté des agissements de ces étrangers. Inutile
       d' ajouter qu 'à l' heure du danger, le sultant n'a plus trouvé
       auprès de lui ces amis fidèles autant que désintéressés,
       dont la présence lui a coûté si cher, et sur l' appui
       desquels il croyait pouvoir compter. On a vu, non sans quelque scandale,
       son confident, son favori, son conseiller intime, le correspondant d'
       un grand journal anglais, s' éclipser avec la rapidité de
       l' éclair, au premier symptôme de péril, prendre le
       large avec cette prudence qui est la première partie de la valeur,
       crever un cheval dans sa fuite précipitée, et ne s' arrêter,
       hors d' haleine, épuisé, qu' après avoir mis quelque
       soixante lieues entre l' insurrection et sa précieuse personne.
       Abd-el-Aziz comptait sur l' intervention active et immédiate de
       l' Angleterre en sa faveur: il n'a pas tardé à se convaincre
       de son erreur. Il a fait preuve, en cette circonstance, d' une certaine
       naïveté. Les puissances intéressées, au tout
       premier rang desquelles figure naturellement la France, ont défini
       avec promptitude et exactitude la situation et les obligations qu 'elle
       leur impose. Elles ont reconnu et proclamé qu'en soi, et jusqu'au
       nouvel ordre, les événements du Maroc ont le caractère
       d' affaires internes: il s' agit, d' une guerre civile, d' une lutte de
       prétendants: Il n' appartient à aucune tierce puissance
       de s' immiscer, de s' ingérer spontanément et de son chef
       dans de telles affaires. Par contre, il est du droit et du devoir des
       états intéressés de veiller avec attention sur la
       marche de la crise, afin de prendre en temps opportun toutes les mesures
       nécessaires pour la préservation de leurs ressortissants,
       maintien et la sauvegarde de leurs intérêts.
     

       
Le Petit Journal du 18
         Janvier 1903
       

     




عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:14 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Caravane d''Européens rentrant à Fez

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 17:36

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 498358pj73915011905b

On sait que, par suite des arrangements conclus
       récemment par notre pays avec l'Angleterre et l'Espagne, le Maroc
       devait être, sans contestation possible, ouvert à l'influence
       française.
       Nous avons, d'ailleurs, de par le voisinage de notre colonie algérienne,
       le plus évident intérêt à maintenir l'ordre
       dans ce pays, afin d'assurer la tranquillité sur notre frontière
       ; et notre pénétration au Maroc est un fait qui s'impose
       par le souci même de notre avenir en Algérie.
       Au surplus, notre légitime ingérence dans les affaires du
       Maroc n'avait pas attendu jusqu'à ces derniers temps pour se manifester,
       puisque, depuis 1874, nous avons à Fez une mission militaire chargée
       de l'instruction et de l'organisation de l'armée marocaine.
       Mais il n'en est pas moins vrai que les traités récents,
       qui reconnaissaient officiellement nos droits de pénétration
       dans l'empire du Chérif, réveillèrent les craintes,
       les soupçons et les haines assoupis au fond de l'âme musulmane.
       Et le maghzen, qui est le gouvernement du sultan, Moulaï Abd-et-Azis,
       poussé par le fanatisme des tribus, obtint du Chérif des
       mesures contraires aux intérêts des nations occidentales
       en général et de la France en particulier.
       Les lecteurs du Petit Journal ont été, du reste,
       copieusement et exactement renseignés sur la crise marocaine, car
       notre grand organe populaire, qui ne recule devant rien pour obtenir en
       toute circonstance des informations exactes et originales, avait, dès
       les premiers symptômes d'agitation, envoyé à Tanger
       un de ses collaborateurs, très documenté sur la question
       marocaine.
       Bref, le maghzen ayant, ces temps derniers, obtenu du sultan le
       renvoi de Fez de tous les Européens, y compris la mission française,
       on crut un moment que la crise allait entrer dans une période aiguë
       et que nos représentants au Maroc allaient être rappelés.
       Déjà, des caravanes européennes avaient quitté
       la capitale du Chérif, mais sur l'énergique intervention
       de notre ambassadeur, M. Saint-René-Taillandier, le sultan rapporta
       son décret d'expulsion. Les Européens, qui s'étaient
       empressés de partir, rentrèrent à Fez.
       La mission militaire française y demeurera, désormais, et
       une autre mission - diplomatique cette fois - conduite par notre ambassadeur
       en personne, y est attendue pour assurer définitivement les moyens
       d'action de la France au Maroc.
       La crise est donc - pour le moment du moins - terminée à
       la satisfaction de tous. Et cette solution heureuse prouve tout au moins
       qu'en certaines circonstances, un peu d'énergie ne messied pas.
     

       

         
Le Petit Journal illustré
           du 15 Janvier 1905
       



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 15:49 عدل 3 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty La fuite d''Abd-et-Aziz

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 17:39

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 564726pj92906091908

On sait que, depuis longtemps, le sultan Abd-el-Aziz
         et son frère, Moulay-Hafid, se disputent la souveraineté
         au Maroc. Les gouvernements européens, signataires de l' acte
         d' Algésiras, suivaient attentivement les péripéties
         de la lutte entre l' ancien sultan et son compétiteur. Maintenant,
         ils peuvent être fixés.
         En effet, un télégramme du 22 Août dernier vient
         d' annoncer que Moulay-Hafid a mis en déroute l' armée
         de son frère. Celui-ci s' est enfui à Settat, d' où
         on lui prête l' intention de s' embarquer pour s' éloigner
         à jamais du Maroc.
         Notre gravure représente le moment où Abd-el-Aziz, voyant
         son armée battue et toutes ses espérances renversées,
         s' enfuit au galop, loin du champ de bataille, suivi de quelques fidèles.
         Peu de temps après cet événement, Moulay-Hafid,
         déjà proclamé à Marakech, était proclamé
         sultan à Tanger, c' est-à-dire reconnu à la fois
         comme souverain par les provinces du Sud et par les provinces du Nord.
     
     
Le Petit Journal
       illustré du 6 Septembre 1908



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:11 عدل 2 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Agitation au Maroc

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 17:42

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 114754pj62723111902


Le prétendant
       Omar Zarahun
     
Le trouble au Maroc c'est, si l'on
       peut s'exprimer ainsi, à l'état endémique. Tantôt
       sur une partie, tantôt sur une autre de l'empire, un agitateur se
       lève, groupe une poignée de partisans, proclame la guerre
       Sainte et se lance dans les aventures. Le moindre effort du gouvernement
       suffit, le plus souvent, à dissiper la faible nuée de ses
       ennemis. Et il en a été encore cette fois comme lors des
       dernières aventures de ce genre. Il serait puéril cependant
       de nier que l'on n'ait pas été inquiet, pendant quelques
       semaines, à Tanger. Un certain Omar, natif de Zarahun, dont il
       a pris le nom, prêchait la révolte contre le sultan dans
       la puissante tribu berbère montagnarde de Ghiata. L'air prophétique,
       il allait simple, monté sur une ânesse, ce qui l'a fait surnommer
       le Père de l'Ânesse; devant lui, on portait son tapis
       de prières, sur lequel il se plaçait pour exciter le peuple
       à la la révolte, et derrière lui cheminait un serviteur
       sur un cheval blanc. Connaissant l'esprit superstitieux des auditeurs
       à qui il s'adressait, Omar commençait par faire devant eux
       des tours de prestidigitation qui frappèrent vivement leur imagination.
       Puis il prêcha la guerre Sainte ; il réclama même le
       trône du Sultan dont il se dit le frère aîné,
       et déjà, il avait réuni une troupe nombreuse. Des
       troubles graves étaient à redouter, qui ne pouvaient laisser
       le gouvernement français indifférent, étant donné
       surtout le voisinage immédiat de notre colonie de l'Algérie.
       Le 13 novembre dernier, Omar attaqua l'armée marocaine au lever
       du jour et pénétra même dans son camp. Mais les troupes
       du Sultan purent être ralliées, repoussèrent les rebelles
       et les poursuivirent, leur infligeant de grandes pertes. Le
       prétendant, avec quelque partisans, a réussi à s'échapper.
     

       
Le Petit Journal du 23 novembre
         1902
     



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:18 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Assassinat de M. Madden, vice-consul d''Autriche à Mazagan

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 17:44

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 923293pj76225061905b


AU MAROC
     

       Assassinat de M. Madden, vice-consul d'Autriche
       à Mazagan
     

       L'anarchie continue à régner au Maroc. Elle y règne
       assurément de façon beaucoup plus effective que l'autorité
       problématique du sultan. Ce ne sont que vols, pillages, attaques
       à main armée; il n'y a plus, dans les villes marocaines,
       la moindre sécurité pour les Européens; et les brigands
       de tout poil : montagnards de l'Oudjera, Maures, suppôts d'Erraisouly,
       confiants dans la faiblesse du maghzen, ne respectent plus rien.
       On sait combien les environs de Tanger sont peu sûrs. Or, c'est
       pis encore dans les autres villes du pays. A Fez, les Européens
       sont publiquement insultés dans les rues par la populace. De toutes
       parts, les vols et les assassinats se succèdent avec une effrayante
       continuité. Et le personnel diplomatique lui-même n'est plus
       à l'abri des actes de banditisme.
       Il y a quelque temps, dans la banlieue de Tanger, une maison de campagne
       appartenant à un ancien ministre d'Angleterre était dévalisée
       de fond en comble. Aujourd'hui, les brigands s'en prennent à un
       ministre européen en exercice, qu'ils assassinent pour le voler.
       M. Madden, sujet britannique, vice-consul d'Autriche et de Danemark, établi
       à Mazagan depuis de nombreuses années, vient d'être
       assassiné chez lui dans des circonstances atroces, par quatre malfaiteurs
       arabes, qui se sont enfuis après avoir dévalisé la
       maison.
       M. Madden habitait une maison située hors de la ville. Les assassins
       ont pénétré par une fenêtre et sont entrés
       dans la chambre à coucher de M. Madden. Ils ont criblé celui-ci
       de coups de poignard et l'ont achevé d'une balle tirée à
       la tempe droite.
       Mme Madden, qui se trouvait dans une autre chambre, réveillée
       par le bruit, est accourue aussitôt dans l'appartement de son mari.
       Les assassins ont tiré sur elle un coup de revolver qui heureusement,
       ne l'a pas atteinte.
       Elle s'est enfuie aussitôt et s'est réfugiée dans
       un autre appartement, où elle est restée évanouie
       jusqu'au lendemain.
       Le vol a été le mobile du crime. Les malfaiteurs
       ont emporté des bijoux et d'autres objets de valeur.
       L'indignation de la population étrangère et musulmane est
       générale, et ceux qui se rappellent le prestige dont jouissaient,
       il y a peu d'années encore, les Européens appartenait au
       monde officiel, voient, dans cet attentat, la preuve évidente des
       proportions inquiétantes que prend l'anarchie.
       M Madden était un des plus anciens Européens établis
       à Mazagan et jouissait d'une profonde estime. Une grande irritation
       règne dans la colonie étrangère et indigène
       contre le gouverneur de la ville, qui n'a aucune autorité sur ses
       sujets et ne s'occupe nullement de la sécurité des habitants
       de la ville et des gens résidant extra-muros, où
       les vols sont fréquents.
       La population demande avec énergie des mesures de sécurité.
       Mais ces mesures, le gouvernement marocain est incapable de les assurer.
       Tant qu'une administration sévère et une organisation régulière
       n'auront point été créées, tant que les exactions
       des caïds, l'absence de discipline des troupes du chérif,
       loin de faire disparaître les brigands, en augmenteront le nombre,
       il n'y aura dans ce pays ni prospérité ni sécurité
       possible.
     


Le Petit Journal illustré
         du 25 Juin 1905
     



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:32 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty A FEZ . Une audience solennelle du sultan du Maroc.

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 17:47

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 145828pj75216041905


A FEZ .
       Une audience solennelle du sultan du Maroc.
     
M. Saint-René Taillandier
       exposant, devant le sultan, le programme des réformes proposées
       par France.
     

       Les adversaires de
       l'influence française au Maroc se sont réjouis trop tôt
       de la visite de l'empereur Guillaume à Tanger et ont tenté
       vainement de donner à cette simple escale le caractère d'une
       protestation de l'Allemagne contre les arrangements franco-anglais.
       A les entendre, tout allait être rompu entre la France et le sultan,
       et le parti du vieux Maroc triompherait.
       Or, tout cela est de pure fantaisie. Guillaume II a passé comme
       une ombre sur la côte marocaine, mais son passage n'a pas même
       interrompu un seul instant les négociations entreprises entre M.
       Saint-René Taillandier et le maghzen.
       Chaque jour, depuis un mois et demi, les réunions plénières
       des membres composant le conseil des notables ont lieu au palais chérifien,
       à Fez. Ces réunions ont pour but de permettre au sultan
       de connaître l'avis des délégués des villes
       sur les propositions du ministre de France.
       En outre, les entretiens sont fréquents entre M. Saint-René
       Taillandier et Si-Dries-ben-Aich, porte-parole du sultan.; et Abd-el-Aziz
       n'a pas cessé un seul instant de témoigner la plus vive
       estime pour le représentant de la France au Maroc.
       Les délégués des villes marocaines donnent, les uns
       après les autres, leur avis par écrit sur le programme exposé
       par l'ambassadeur. Mais il ne faut pas compter qu'après avoir reçu
       tous ces avis le grand conseil du sultan fera une réponse catégorique
       aux propositions françaises...
       Les allures diplomatiques ne sont pas, d'ordinaire, si rapides.
       L'état actuel des négociations ne peut encore donner lieu,
       de la part du gouvernement marocain, à des réponses précises.
       M. Saint-René Taillandier vient seulement d'accomplir la première
       partie de sa tâche, qui était d'exposer théoriquement,
       et dans leurs grandes lignes, les vues du gouvernement français.
       A cet exposé, le maghzen répondra probablement dans quelques
       jours par une vague déclaration de principes, plus ou moins favorable
       à nos propositions, mais ne comportant, dans tous les cas,aucune
       sanction immédiate.
       C'est à ce moment-là que commenceront les négociations
       proprement dites et qu'on discutera le fonctionnement et tous les détails
       de chacune des solutions sur lesquelles une adhésion de principe
       aura été obtenue. Ces négociations retiendront probablement
       l'ambassade à Fez plus de trois mois encore.
       Donc, sachons être patients... La conversation continue...
     

       
Le Petit Journal illustré
         du 16 Avril 1905
     



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:38 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty اغتيال الطبيب الفرنسي موشان بمراكش سنة 1907

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 23:27

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 117516pj85507041907

Le docteur Mauchamp, médecin du dispensaire
           de Marakech, lapidé par les indigènes

*****
على اثر هذا الحادث قامت فرنسا انطلاقا من الجزائر باحتلال وجدة والمغرب الشرقي حتى ملوية سنة 1907


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 16:16 عدل 2 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty AUTOUR DE CASABLANCA

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 23:41

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 277193pj87815091907

Les goumiers au service de la France chargent les Marocains
Depuis le tragique assassinat de nos nationaux survenu à Casablanca le 30 Juillet dernier et la lâche agression commise contre nos marins le 5 Août, aux portes de la ville, l' attention la plus vive suit, en France, les troupes chargées, sous le commandement du général Drude, de venger notre drapeau, de punir les coupables et de rétablir, sur ce point du territoire marocain, la sécurité nécessaire à la prospérité du pays.
Chaque jour nous apporte l' annonce de nouveaux combats, de nouvelles morts, hélas ! mais aussi de brillants faits d' armes.
Ce que l' on avait tout d' abord considéré comme une simple affaire de police devient une véritable expédition contre les tribus maures révoltées. Sans cesse partent des renforts jugés indispensables. C' est toute une armée que le général Drude dirige à l' heure qu' il est.
Parmi les troupes qui se distinguent sous les murs de Casablanca, on compte des tirailleurs, des légionnaires, des chasseurs d' Afrique, des spahis. Mais aucune n' est plus curieuse et n' est plus originale assurément que ces goumiers appelés du sud-Oranais cour renforcer notre cavalerie.
Le goum ( on appelle ainsi l' ensemble de ces cavaliers indigènes), le goum actuellement employé compte cent vingt sabres environ. Il est commandé par le capitaine Bériot et par les lieutenants Holtz et Rousseau
C' est la première fois qu' ils vont servir hors d' Algérie et comme ce sont des cavaliers de premier ordre, on a la plus grande confiance dans leur valeur et leur endurance.
Le corps des goumiers algériens est composé d' Arabes du Sud. Chaque tribu soumise à la France en fournit un certain nombre.Ils s' habillent, se montent et s' équipent eux-mêmes, continuant à garder leur costume national jusque dans ses bizarreries. C' est ainsi qu' ils portent encore le grand chapeau conique et, parfois, une haute mitre en plumes d' autruche.
Au lieu de rassemblement, on leur donne seulement un mousqueton et un sabre de cavalerie.
Ils sont alors placés sous les ordres d' officiers français.
Habitués, dès leur jeunesse, aux exercices les Plus périlleux, ils semblent ne rien craindre. Ce sont de hardis et farouches combattants, aimant le bruit, la poudre et les fantasias.
Pour les encourager, le produit des razzias auxquelles ils se livrent est partagé entre eux.
Depuis le 25 Août, date à laquelle ils ont débarqué à Casablanca, il n' est pas de jour où ils n' aient montré leur courage dans quelque exploration ou dans quelque charge, et rien n' étonne plus les Marocains que de voir se lancer contre eux, sabre au clair, ces hardis cavaliers, musulmans comme eux, et qui défendent cependant les couleurs de la France.
Notre dessin représente un épisode d' un des derniers combats où les goumiers sabrent l' ennemi, impuissant à échapper au galop vertigineux de leurs chevaux.

Le Petit Journal illustré du 15 Septembre 1907


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 16:22 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Débarquement d'' un bataillon de tirailleurs Algériens au Maroc

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 23:49

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 702835pj106409041911b


De nouveau, l'agitation renaît au Maroc. Des tribus se sont soulevées. Le sultan n'est plus en sûreté dans sa capitale. Une intervention de la France s'impose pour y rétablir la sécurité.
Taudis que, de Toulon, le Vinh-Long emmenait des contingents de troupes coloniales ; de Bône, le vapeur Phrygie embarquait pour Casablanca un bataillon de tirailleurs algériens. C'est l'arrivée de ces troupes que représente notre gravure.
Une fois de plus, en dépit de la saison des pluies qui rend les routes, impraticables, nos soldats vont, au prix des plus rudes fatigues, pacifier ce pays éternellement agité..

Le Petit Journal illustré du 9 Avril 1911


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 19:02 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Courrier de Fez poursuivi par les Cavaliers des Tribus

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 23:51


صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 177565pj106914051911b


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:25 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty اعدام جاسوس مغربي Exécution d'' un espion indigène

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 23:53


صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 830044pj107128051911b

Cet incident dramatique s'est produit à l'endroit même où, le 5 mai, eut lieu le guet-apens organisé par les Zemmours et dans lequel un de nos sous-officiers fut tué et le lieutenant Valade, ainsi que deux soldats, furent blessés.
Une colonne envoyée en reconnaissance sous les ordres du commandant Vidal surprit là, deux jours plus tard, un Marocain nommé Larbi Ould Zemmoura, qui avoua avoir participé à l'affaire. C'était un grand gaillard maigre et farouche âgé d'une trentaine d'années. Trouvé porteur d'objets volés au convoi, il avoua avoir espionné pour le compte des Zemmours. Jugé incontinent et, condamné à mort, il fut passé par les armes séance tenante.



Le Petit Journal illustré du 28 Mai 1911


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:50 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty L'' aéroplane du " Petit Journal" au Maroc

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الإثنين 18 مايو 2009 - 23:56


صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 590448pj108901101911b

L'aéroplane du Petit Journal, dont nous donnions la photographie dans notre dernier numéro, en même temps que les portraits de notre collaborateur René Lebaut qui le monte, et de l'aviateur Bregi qui le conduit, a soulevé au Maroc les plus chaleureux enthousiasmes. A Casablanca, à Rabat, les troupes françaises ont accueilli le grand oiseau avec une immense joie patriotique.
« Quant aux Arabes, dit René Lebaut, c'est chez eux une véritable stupeur. Si maîtres d'eux qu'ils soient, ils ne peuvent dissimuler cette stupéfaction.
» - Quoi ! après avoir dominé sur terre et sur mer, voici que les Français s'emparent de l'air ! Sont-ce des diables ? Sont-ce des dieux ? »
Notre gravure représente le double monoplan-Bréguet évoluant dans le ciel aux environs de Rabat, et traduit de façon pittoresque les impressions ressenties à sa vue par les Arabes.
Ce sera l'honneur du Petit Journal d'avoir, en organisant ce raid audacieux, montré aux indigènes un nouvel aspect de la puissance de notre pays, et concouru ainsi à affermir dans leur esprit, le prestige de la France.

Le Petit Journal illustré du 1 Octobre 1911


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 16:35 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty ASSASSINAT DE M. POUZET

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 0:00


صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 865406pj54526041901


Au Maroc
     
ASSASSINAT DE M.
       POUZET
     
Il
       se passe au Maroc des événements qui sont de moins en moins
       supportables, et fatalement viendra le jour où l' Europe devra
       intervenir à la place d' une autorité locale trop faible
       ou trop décidée à ne rien voir, de façon à
       n' avoir réprimer Un de nos compatriotes, M. Pouzet, désireux
       d' explorer les côtes marocaines, avait acquis une embarcation de
       pêche, d' allure on ne peut plus pacifique. Il y fit monter trois
       hommes et cingla vers la partie qui s' étend entre le Rif et Melilla.
       Ces parages sont peuplés surtout de pirates dont l' impunité
       double la hardiesse. M. Pouzet, étant descendu un jour sur les
       rochers de la côte ramasser coquillages, tomba tout à coup
       mortellement frappé de deux balles.Deux torpilleurs, Balny
        et Déroulède, ont été immédiatement
       envoyés pour rechercher l' embarcation et les hommes qui la montaient.
       Ce n' est pas suffisant ; Il serait à souhaiter que le gouvernement
       français avisât à faire respecter ses nationaux, en
       châtiant sévèrement ces descendants des fameux pirates
       barbaresques dont nos marins, jadis, avaient délivré la
       Méditerranée.
     

       
Le Petit Journal du 26 Avril 1901
     


عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 0:58 عدل 2 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Les femmes françaises soignant les blessés au Maroc

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 0:03

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 862335pj91317051908b

Les femmes françaises soignant
         les blessés au Maroc
        Pendant que les « suffragettes »
         manifestent bruyamment à Paris, d'autres femmes françaises,
         plus modestement, font, au loin, besogne plus utile et plus généreuse.
         Ce sont les infirmières volontaires qui soignent, au Maroc, nos
         soldats malades et blessés.
         Les lecteurs du Petit Journal savent combien est admirable
         leur dévouement. Notre correspondant à Casablanca les
         a montrées accomplissant leur oeuvre de consolation et de charité.
         Depuis le mois de Septembre dernier, les dames de l'Union des Femmes
         de France et de la Société de secours aux blessés
         ont assumé cette tâche noble entre toutes.
         Elles sont là-bas soixante Françaises qui ne songent pas
         à faire de l'agitation électorale et se moquent bien de
         la conquête du bulletin de vote. Elles sont femmes, vraiment femmes,
         celles-là, par les plus belles qualités de l'âme
         féminine, par l'abnégation, par la pitié.
         Et quelle simplicité... A Lalla-Marnia, un jour, le général
         Lyautey avait invité à déjeuner les infirmières
         volontaires. Elles lui firent cette jolie réponse :
         Mon général, nous ne sommes ici que des infirmières
         comme les autres, et les infirmières ne peuvent pas déjeuner
         chez un général.
         Et pourtant, combien peu faciles à soigner, ces malades et ces
         blessés qui leur sont confiés !... Spahis, turcos, légionnaires,
         goumiers, tous gaillards indomptables au combat, mais rebelles aux potions
         et aux prescriptions des médecins. Elles arrivent à les
         convaincre par la patience, par la douceur ; elles les ont conquis.
         Ils leur obéissent comme des enfants à leur mère...
         Le 1e1 Janvier dernier, en offrant leurs voeux à ces gracieuses,
         infirmières, des soldats leur disaient : « Vous êtes
         nos petites mamans et vous remplacez notre famille. »
         La marine et l'armée ont décerné à ces femmes
         admirables les éloges les plus éloquents et les plus justifiés.
         Le général Lyautey, récemment, disait à
         Mme Pérouse, la présidente de l'Union des Femmes de France
         : « Nous sommes pénétrés d'enthousiasme et
         de gratitude. C'est. une noble et belle expérience, concluante,
         et la cause des infirmières des sociétés d'assistance
         militaire est désormais gagnée pour toujours... »
         Et cette cause-là, cette cause généreuse et vraiment
         féminine, est plus chère, à coup sur, à
         toutes les femmes de coeur, que l'autre cause, la cause féministe
         que quelques dames exaltées s'imaginent faire triompher en culbutant
         les urnes électorales.
       Le Petit Journal illustré
         du 17 Mai 1908



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 19:12 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Réception de M. Regnault et de l''ambassade française par le sultan Moulay-Hafid.

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 8:12

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 179446pj95321021909

C'est dans le palais de Bouj-el-Oud, a Fez,
         que le sultan Moulay-Hafid a reçu M. Regnault et l'ambassade
         française.
         Le ministre de France, en grande tenue, entouré du personnel
         de l'ambassade et précédé de cavaliers du Maghzen
         et de cavaliers de la légation, a traversé la ville pour
         se rendre au palais.
         Arrivé à la porte du palais et pour y pénétrer,
         tout le monde a mis pied à terre, le sultan ayant seul le droit
         d'y entrer à cheval.
         La fanfare impériale a attaqué aussitôt la Marseillaise
         avec un réel ensemble, tandis que le cortège défilait
         entre les soldats que dirigent le commandant Mangin et le caïd
         Ben-Saïd.
         Sous un dais élevé au fond d'une des cours du palais,
         Moulay-Hafid, assis sur un canapé bleu et or, entouré
         de ses vizirs debout et pieds nus, attendait le ministre de France.
         M. Regnault a prononcé un discours d'une parfaite tenue dans
         lequel il a rappelé au sultan les raisons qui lui rendent l'aide
         politique de la France plus précieuse que celle d'aucun autre
         pays. Ce sont des « paroles d'amitié » que notre
         ministre a portées a Moulay-Hafid, répondant au désir
         que celui-ci avait exprimé de le recevoir.
         Moulay-Hafid a répondu au ministre de France par un discours
         serré et étudié. « Sachez, dit-il, que nous
         avons le plus grand désir de voir se continuer les rapports étroits
         d'amitié, conformément aux engagements impériaux
         de nos prédécesseurs et aux droits communs basés
         sur notre voisinage. » Cette formule résume a la fois le
         but, le moyen et le principe de la politique franco-marocaine.
         Moulay-Hafid a rappelé qu'il avait « demandé la
         venue de M. Regnault ». Il l'a assuré de son « bienveillant
         concours ». Il veut, a-t-il -déclaré, que «
         la fin des difficultés ne laisse matière à aucun
         commentaire » ; que l' « assistance mutuelle » soit
         une « assistance complète ». Il estime que les résultats
         qu'on en peut attendre sont « manifestes comme la lumière
         du soleil ». Et dans une formule qui n'est pas simplement de courtoisie,
         il souhaite à la France la plus grande gloire, la prospérité
         et la paix ».
       Le Petit Journal illustré
         du 21 février 1909



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 18:51 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty AU COMBAT DE MELILLA

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 8:20

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 356812pj97815081909

AU COMBAT DE MELILLA
       Les Maures du Rif chargeant contre l'artillerie
         espagnole.
       L'Espagne possède dans la Méditerranée,
         sur le littoral du Nord de l'Afrique, quatre positions isolées,
         à une distance moyenne de cent kilomètres l'une de l'autre,
         depuis le détroit de Gibraltar jusqu'à la rivière
         Muluya, qui forme la limite de la province d'Oran, Ces postes sont édifiés
         sur des rochers ou sur des isthmes arides. On les nomme Ceuta, Valez
         de la Gomera, Alhucemas et Melilla. Ils sont gardés par de petites
         garnisons et renferment chacun un établissement pénitentiaire
         ou « préside ».
         Or, autour de ces postes et sur les plateaux du Rif qui les dominent
         vivent des tribus d'origine kabyle qui constituent pour l'Espagne un
         voisinage des plus dangereux.
         Entre ces Maures et les Espagnols, la différence des meurs et
         des religions, et les rancunes nées du souvenir des vieilles
         guerres ont contribué à entretenir des inimitiés
         tenaces.
         De temps à autre les Riffains font des incursions sur le territoire
         des « présides » et l'Espagne est obligée
         de les mettre à la raison.
         La dernière guerre avait eu lieu il y a exactement cinquante
         ans. Elle fut très meurtrière. Espérons que les
         événements de ces derniers jours n'auront pas les mêmes
         conséquences.
         Cependant, les troupes espagnoles ont rencontré chez leurs adversaires
         la même sauvagerie, la même férocité. Et la
         gravure que nous publions, composée d'après des documents
         les plus exacts, montrera à nos lecteurs avec quelle cruauté
         fanatique ces Maures du Rif vont au combat.
     
     

       
Le Petit Journal illustré
         du 15 Août 1909
     



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 15:22 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty LE ROGUI PRISONNIER EST AMENE A FEZ EN CAGE COMME UNE BETE FEROCE

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 8:48

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 524871pj98212091909b

LE ROGUI PRISONNIER EST AMENÉ A FEZ EN CAGE
       COMME UNE BÊTE FÉROCE
     

       Voici comment un témoin raconte l'arrivée
       à Fez du Rogui vaincu et prisonnier :
       « A onze heures, le cortège est signalé. Voici venir
       à pas lents, avec son tangage disgracieux, un chameau.» Le
       « vaisseau du désert » porte une cargaison bizarre,
       étrange...» C'est une cage de fer aux barreaux énormes.
       Elle est fort basse. Un homme ne pourrait s'y tenir debout. Et, pourtant,
       il y en a un, dans cette cage, solidement amarré... un homme qui
       se tient accroupi... un homme à la Face brûlée par
       le soleil, aux yeux brillants d'énergie, à la barbe drue
       et noire. Et cet homme, qui ballotte avec un bruit de chaînes, cet
       homme c'est le rogui, l'ennemi du sultan, l'invincible, enfin, capturé.
       » Il est là, calme, froid, l'air indifférent, contemplant
       avec une dignité méprisante cette multitude pouilleuse et
       lâche, qui l'eût acclamé vainqueur, et le hue vaincu.
       » Mais le cortège s'approche.
       » De son lit de repos, le sultan contemple un instant son rival,
       qui ne baisse point les yeux. D'une voix éteinte, il lui adresse
       quelques paroles, où l'on sent la colère, puis il donne
       un ordre bref. Un caïd fait un signe, des serviteurs s'approchent.
       En un clin d'oeil, le chameau est agenouillé, les amarres sautent,
       et la cage, soulevée par six hommes, pénètre à
       l'intérieur du palais.
       » Dans le trou d'ombre où elle s'enfonce, les barreaux lancent
       un dernier éclair... puis, plus rien.
       »Le rogui vaincu, est doublement captif. »
     


Le Petit Journal illustré
         du 12 septembre 1909
     



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في الأحد 19 يونيو 2016 - 16:49 عدل 2 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty Le Rogui est exécuté par ordre du Sultan Moulay-Hafid

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 8:51

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 227726pj98503101909b


AU MAROC
     

       Le Rogui est exécuté
       par ordre du Sultan Moulay-Hafid
     
Moulay-Hafid a de singulières
       façons de tenir compte des remontrances de l'Europe.
       On sait que sur l'initiative de la France, le corps diplomatique avait
       protesté contre les tortures infligées aux partisans du
       Rogui, tortures dont nous avons dit ici toute l'horreur.
       Le consul de France s'était donc rendu au palais du sultan pour
       lui notifier la semonce de la diplomatie européenne. Moulay-Hafid
       promit tout ce qu'on voulut, assura même que le Rogui serait épargné.
       Et puis, dès que le consul de France fut parti, sa fureur sanguinaire
       se ralluma, plus excitée encore par l'humiliation subie. Et devant
       les femmes de son harem, dans la cour du palais, il fit incontinent fusiller
       le Rogui.
       Voilà donc le sultan que M. Jaurès nous montrait si volontiers
       plein de douceur et de vertus quand il luttait contre Abd-ul-Aziz pour
       s'emparer du trône. Moulay-Hafid, à en croire notre grand
       prophète socialiste, n'avait pas d'instincts barbares. Ce serait
       un bon sultan, un sultan humanitaire et civilisateur qui ferait entrer
       le Maroc dans la voie du progrès.
       Oui da !... va-t-en voir s'ils viennent Jean !...
       Moulay-Hafid se manifeste comme le plus sanguinaire et le plus retors
       des tyrans. Et tout ce qu'on peut dire de lui c'est qu'il fait cruellement
       regretter le pauvre Abd-ul-Aziz.
     
Le Petit Journal illustré
       du 3 Octobre 1909
     



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 22:58 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty LE BANDITISME A LA FRONTIÈRE MAROCAINE

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 9:00

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 883323pj73013111904


LE BANDITISME A LA FRONTIÈRE
       MAROCAINE
       Une voiture de messageries attaquée par
       des voleurs de grand chemin
       Les désordres et l'état d'anarchie
       qui règnent sur certains points du Maroc ont de dangereuses répercussions
       sur notre frontière algérienne. Voici que les brigands de
       grand chemin se livrent, à présent, à des attaques
       à main armée sur nos routes d'Algérie.
       Ces jours derniers, une voiture des messageries Tlemcen-Nemours, attelée
       de trois bons trotteurs, quittait Tlemcen vers une heure de l'après-midi.
       Elle était conduite par M. Canicio, directeur de messageries, accompagné
       de sa femme et de M. Manuel Fillio, propriétaire de l'hôtel
       de France, à Marnia.
       La première partie du voyage, jusqu'au delà de Turenne,
       s'accomplit sans encombre; mais à quelque kilomètres de
       là, au 291e, vers quatre heures, sept ou huit indigènes,
       que les voyageurs virent très distinctement à distance d'à
       peu près deux cents mètres, tirèrent un premier coup
       de feu qui brisa l'avant-bras gauche de M. Fillio, lequel, malgré
       sa blessure, riposta à son tour.
       M. Canicio cingla son attelage, qui dépassa vivement l'endroit
       où s'étaient postés les brigands. Mais ceux-ci ouvrirent
       alors sur eux un feu nourri et un projectile atteignit M. Canicio par
       derrière, tandis que d'autres balles frappaient les chevaux de
       droite et de gauche qui eurent néanmoins la forcé de continuer
       leur route sur près d'un kilomètre, après quoi ils
       s'abattirent.
       MM. Canicio et Fillio, malgré leurs blessures, sautèrent
       de voiture, accompagnés de Mme Canicio, qui par miracle n'avait
       pas été atteinte, et se sauvèrent aussi rapidement
       qu'ils le purent, dans des broussailles avoisinantes où ils se
       cachèrent de leur mieux.
       Pendant ce temps, les brigands fouillaient la voiture, espérant
       y trouver 20 ou 30,000 franc, que M. Canicio emportait habituellement
       pour le jour du marché. Puis ils s'emparaient du troisième
       cheval, qui était indemne, et filaient vivement vers la frontière.
       Quelques instants après une autre diligence des messageries Tlemcen-Nemours
       arrivait.
       On relevait des trace de sang sur la route et on retrouvait les trois
       victimes à quelque cent mètres dans le ravin.
       Un des postillons détela la diligence et s'en alla au galop prévenir
       les autorités militaires de Marnia et les trois voyageurs furent
       transportés à l'hôpital militaire. M. Canicio y expirait
       la nuit même dans les bras de sa femme.
       Quant à M.Fillio, il était blessé grièvement.
       Aussitôt que la nouvelle de cet attentat lui est parvenue, le bureau
       arabe a envoyé de nombreux cavaliers vers les tribus de la frontière,
       pour faire arrêter les coupables s'ils tentaient de se sauve au
       Maroc.
     

       
Le Petit Journal illustré
         du 13 Novembre 1904
     



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 22:54 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré Empty La guerre civile au Maroc

مُساهمة من طرف عبدالبارئ بوهالي في الثلاثاء 19 مايو 2009 - 11:14

صفحات من تاريخ المغرب الحديث من خلال Le Petit journal illustré 991556pj63518011903


La guerre civile au Maroc
     
     

       Les événements qui se déroulent
       en ce moment au Maroc ne doivent pas laisser les Français indifférents.
       Sans être aussi inquiétante qu' il y a quelques jours, la
       situation dans l' Afrique du Nord ne cesse d' être encore fort troublée.
       Les troupes du jeune sultan Abd-el-Aziz (il n'a que vingt-deux ans) ont
       été mises en déroute par les partisans du prophète
       Bou-Hamara. Les villes de toute la région septentrionale de l'
       empire ont été razziée, les villages pillés
       et incendiés depuis le Riff jusqu'a Taza; un grand nombre d' hommes
       ont péri. Dans ces sanglants événements il faut voir
       encore une fois la main de l' Angleterre qui, par l' exagération
       de ses appétits elle manque de tact de ses agents et de ses commerçants,
       a exaspéré le peuple marocain. Le sentiment national est
       révolté des agissements de ces étrangers. Inutile
       d' ajouter qu 'à l' heure du danger, le sultant n'a plus trouvé
       auprès de lui ces amis fidèles autant que désintéressés,
       dont la présence lui a coûté si cher, et sur l' appui
       desquels il croyait pouvoir compter. On a vu, non sans quelque scandale,
       son confident, son favori, son conseiller intime, le correspondant d'
       un grand journal anglais, s' éclipser avec la rapidité de
       l' éclair, au premier symptôme de péril, prendre le
       large avec cette prudence qui est la première partie de la valeur,
       crever un cheval dans sa fuite précipitée, et ne s' arrêter,
       hors d' haleine, épuisé, qu' après avoir mis quelque
       soixante lieues entre l' insurrection et sa précieuse personne.
       Abd-el-Aziz comptait sur l' intervention active et immédiate de
       l' Angleterre en sa faveur: il n'a pas tardé à se convaincre
       de son erreur. Il a fait preuve, en cette circonstance, d' une certaine
       naïveté. Les puissances intéressées, au tout
       premier rang desquelles figure naturellement la France, ont défini
       avec promptitude et exactitude la situation et les obligations qu 'elle
       leur impose. Elles ont reconnu et proclamé qu'en soi, et jusqu'au
       nouvel ordre, les événements du Maroc ont le caractère
       d' affaires internes: il s' agit, d' une guerre civile, d' une lutte de
       prétendants: Il n' appartient à aucune tierce puissance
       de s' immiscer, de s' ingérer spontanément et de son chef
       dans de telles affaires. Par contre, il est du droit et du devoir des
       états intéressés de veiller avec attention sur la
       marche de la crise, afin de prendre en temps opportun toutes les mesures
       nécessaires pour la préservation de leurs ressortissants,
       maintien et la sauvegarde de leurs intérêts.
     
       
Le Petit Journal du 18
         Janvier 1903



عدل سابقا من قبل عبدالبارئ بوهالي في السبت 18 يونيو 2016 - 23:33 عدل 1 مرات

_________________


عبدالبارئ بوهالي
مشرف (ة)
مشرف (ة)

ذكر عدد الرسائل : 1789
العمر : 64
تاريخ التسجيل : 23/08/2006

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

صفحة 1 من اصل 3 1, 2, 3  الصفحة التالية

الرجوع الى أعلى الصفحة


 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى